TOP
d

De sportif de haut niveau à sédentaire

 

UN COLOSSE…

J’ai commencé à pratiquer le Full Contact à 15 ans ; Cette discipline issue des Etats-Unis associe techniques de poings et techniques de pieds. Ce sport demande un alliage subtil de nombreuses compétences athlétiques : Puissance, rapidité, explosivité, capacité à encaisser les coups, endurance des rounds et maîtrise des techniques.

Physiquement, le combattant doit répéter des frappes explosives isolées ou enchaînées pendant un nombre déterminé de reprises et d’un temps déterminé (2 à 3mn). Les actions sont entrecoupées par des phases de récupération active, comme les déplacements, les préparations d’attaques et les phases défensives, ainsi que des phases de récupération passive, les minutes de repos.

J’ai pratiqué la boxe à haut niveau durant 7 années consécutives avec de nombreux titres régionaux ainsi qu’un titre de champion de France. Je m’entrainais 18h par semaine et ne ratais aucun entrainement. En Equipe de France, j’ai eu la chance de me perfectionner lors de stages techniques avec Fouad Habbani. Des années inoubliables, mêlant entrainement, compétitions, joies, pleurs, rencontre et amitiés.

 

…AUX PIEDS D’ARGILE

Puis un passage à vide, fermeture du club, perte d’objectif à long terme, lassitude et l’envie de passer à autre chose. La vie d’athlète me demandait beaucoup de sacrifices et le jeu ne semblait plus en valoir la chandelle.

Au fils des années, l’arrêt total du sport m’a fait prendre conscience d’un sentiment de vide. Une réelle souffrance : comme avoir perdu quelque chose sans savoir ce que l’on a perdu. On ressent une baisse de l’estime de soi: comme une blessure narcissique. Il y a une vie après le sport mais je n’y étais pas vraiment préparé.

La compétition terminée, mon rapport au corps est bouleversé. L’utilité du corps, conçu depuis l’adolescence comme un outil au service des performances sportives, est remise en cause.

S’en suis une alimentation à base de junk food et de sodas, et le début de longues années de sédentarité. Après un Bac +5, je décroche mon premier poste à responsabilité en marketing stratégique dans une entreprise prestigieuse de Business Intelligence. Vissé au fauteuil de mon bureau, les yeux rivés sur mon écran du matin au soir, il m’arrive dans un ultime effort de troquer mon fauteuil en cuir contre une chaise en bois en salle de réunion. On m’avait présenté mon métier comme une aventure passionnante, en me présentant chaque projet comme un vrai challenge, une occasion de m’épanouir. C’était finalement une manière de présenter de façon boursouflée des tâches assez basiques, présentées comme de grands défis.

 

L’ARCHITECTE DE MES DECISIONS

Je décide alors de me tourner vers un métier créatif que j’aime vraiment, et me tourne vers la photographie de mode et de nature morte en créant ma propre entreprise. Premier défi, lutter contre la peur de se lancer et se faire confiance ! C’est surement ce qui est le plus difficile, ensuite tout s’enchaîne et on s’aperçoit qu’on est capable de déployer une énergie incroyable.  Aujourd’hui, je travaille avec des clients comme Balenciaga, Saint Laurent, Balmain, Louis Vuitton, Dior…

A la recherche constante de nouveaux défis, j’ai décidé de reprendre une activité sportive pour retrouver le goût de l’effort, le goût de la préparation physique, de l entrainement technique puis celui de la compétition en me préparant pour un nouveau challenge: un Half Ironman

Post a Comment